LES CONFLITS S’ACCROISSENT ET LE DIALOGUE RÉGRESSE

Le conflit est partout

Le conflit est partout

Le CONFLIT est très présent aujourd’hui dans notre quotidien. Dès qu’on lit un journal, qu’on écoute la radio, qu’on regarde les actualités ou qu’on sorte de la maison on est témoin de sa présence. II existe à l’étranger,au Moyen Orient, entre des gouvernements, des armées, des villageois, des membres de tribus, des gangs, des entreprises, des familles, des voisins, des amis, des collègues de bureau, des enfants, des professeurs……II a trouvé moyen de se glisser dans notre quotidien. A moins que vous ne viviez dans le monde de bisounours il est impossible d’y échapper 🙂 Personne n’est épargnée de cette situation souvent désagréable et chargée d’émotions. Et en plus si nous demandons à quelqu’un ce qui se passe c’est toujours l’autre qui est fautif.

Le conflit au bureau

Le conflit au bureau

Dans la vie courante souvent des conflits interpersonnels arrivent au bureau entre voisins, amis ou membres de la famille parce que le dialogue a été omis ou un malentendu n’a pas été résolu. Très peu de personnes aujourd’hui ont envie d’aller affronter l’autre et d’entamer le dialogue. IIs ont perdu l’habitude. C’est plus simple de tirer des conclusions hâtives plutôt que d’aller parler à l’autre. C’est souvent la raison pour laquelle la situation empire.

  • Si les voisins font la fête tard, nous appelons la police plutôt que d’aller leur parler. La situation s’envenime.
  • Au travail un collègue prononce des remarques maladroites, un malentendu se produit mais plutôt que d’aller lui en parler il devient notre ennemi no 1 et nous en parlons à tout le monde sauf lui.
  • Vous recevez un mail avec des propos qui vous mettent hors de vous. Au lieu de demander à l’expéditeur des explications face à face vous renvoyez la balle avec un mail plus virulent.

LE CONFLIT PEUT ETRE POSITIF

II pourrait

  • Aider à changer le statu quo, la situation actuelle et déclencher du changement qui ne nous convient pas ou qui nous fait souffrir. C’est une occasion d’améliorer les choses.
  • Nous aider à prendre conscience de nos comportements, de nos paroles, de nos gestes qui font mal aux autres mais dont nous ne nous rendons pas compte.
  • Nous aider à nous affirmer, d’être plus ferme pour que les gens ne nous marchent pas dessus.
  • Permettre à l’autre de savoir comment nous le ressentons.

LA COLERE EST-ELLE LEGITIME ?

Le conflit vient du fait que nous sommes en désaccord avec l’autre. Ce désaccord s’exprime sous la forme de colère, un sentiment associé au moment présent.

  • Lorsque nous sommes en colère il est très probable qu’il y ait une situation présente ou une personne qui heurte nos valeurs fondamentales.
  • Nous éprouvons un sentiment d’injustice, nous nous sentons trahis ou privés de la liberté parce que nos valeurs ou nos croyances n’ont pas été respectées.
  • Selon nous notre colère est légitime.
C'est ma cacahuète

C’est ma cacahuète

Les rapports conflictuels dans la vie courante peuvent être une source de souffrance. Parfois ces mêmes personnes évitent le conflit parce qu’elles n’aiment pas entrer en conflit.

II est très probable qu’une personne qui soit « allergique » au conflit garde en elle de mauvais souvenirs d’enfance refoulés ou lucides. La personne a eu très probablement des affrontements désagréables avec la figure paternelle parce que c’est souvent la figure du père qui incarne l’autorité au sein du foyer. Par conséquent la personne a du mal à faire face aux conflits dans sa vie actuelle tandis qu’il est quelque fois nécessaire de tenir tête à son interlocuteur.

Il peut y avoir de nombreuses raisons

  • Peut-être que ce parent ne l’ a jamais autorisé à exprimer ses opinions et ses valeurs librement.
  • L’enfant a été seulement valorisé ou aimé par ce parent lorsqu’il se taisait ou qu’il se comportait comme la petite fille ou le petit garçon sage.
  • OU peut-être que l’adulte a grandi dans un environnement houleux (des parents qui se disputaient tout le temps) et aujourd’hui à cause de souvenirs douloureux gravés au fond de lui il fuit la conflit. II cherche la paix

Même si la raison est compréhensible ce comportement n’est plus approprié aujourd’hui.

Malheureusement sans passer à l’action, sans braver des situations difficiles rien ne sera résolu. L’inaction est une forme de fuite !

Le monde de bisounours

Le monde de bisounours

Une vie sans conflit n’existe pas sauf j’imagine dans le monde de Bisounours.  Très peu de personnes aiment les conflits mais à un moment ou à un autre de notre vie, nous devons l’affronter. Nous avons tous besoin de défendre nos intérêts, nos valeurs, nos opinions ou de fixer des limites que nous trouvons légitimes et justes sans avoir recours à la violence. Le dialogue est essentiel.

VIEUX SOUVENIRS QUI ÉMANENT DE L’ENFANCE

Parfois lorsque nous nous trouvons devant notre interlocuteur (hiérarchie, patron, ami, mari, femme, collègue,) afin d’exprimer notre mécontentement; tout à coup nos souvenirs douloureux affluent. Nous perdons nos moyens, nous restons sans voix, nous rougissons ou préférons la fuite.

Est-ce que nous voyons en lui le reflet de notre père ou la figure d’autorité de notre enfance ? II se peut qu’il emploie les mêmes phrases, les mêmes intonations, les mêmes gestuelles ou qu’ il hausse le ton.

Ce n'est pas moi

Ce n’est pas moi

Quelque soit la raison, notre « affrontement » avec la situation ne progresse pas ou il tourne mal parce que nous ne nous sentons plus sur un pied d’égalité. Nous sommes la victime et l’autre le bourreau ou lui le père et nous sommes l’enfant.

Un rapport de force

Un rapport de force


Tant que nous restons cet enfant timide et non pas son égal, nous aurons du mal à nous imposer, d’être pris au sérieux, d’être écouté. Notre interlocuteur tirera profit de son rapport de force et il arrivera facilement à imposer ses vues injustes.

Nos interlocuteurs (patrons, amis, maris, femmes,…) prennent avantage sur nous parce que nous leur permettons de le faire à notre insu.

Pour que nous puissions tenir tête à notre interlocuteur nous avons besoin de prendre conscience de notre propre comportement et de nous comporter comme un adulte bien dans sa peau.

II est nécessaire de reconnaître notre interlocuteur comme n’importe quel autre adulte avec ses points forts et ses points faibles. II est NOTRE EGAL. II ne faut pas le considérer comme le mal incarné, un démon. II est un être humain comme nous et il a son histoire à lui. N’oubliez pas que chaque personne en face de laquelle nous nous trouvons nous apporte un message difficile à décrypter. Je parle d’un point de vue métaphysique.

Lorsque nous parlons à notre interlocuteur la maîtrise des émotions est importante, mettons de côté nos jugements, nos idées fixes, nos préjugés. Nous ne sommes pas parfait non plus. Il est important de trouver un terrain d’entente.

Trouver un terrain d'entente

Trouver un terrain d’entente

Nous avons besoin d’expliquer d’une manière calme et neutre notre position, la raison de notre colère, ou notre désaccord avec la proposition exprimée.  Notre position a autant de légitimité, de mérite que celle de notre antagoniste que ce soit pour rentrer à la maison à l’heure, pour déléguer des tâches, pour demander de l’aide ou juste pour exprimer notre mécontentement avec sa vision ….

Le courage est le juste milieu entre la peur et l’audace ARISTOTE

Le dialogue est important

Le dialogue est important


LE TRAVAIL DEVANT UN MIROIR est conseillé

PRÉPARATION : Si vous avez une demande à faire préparez ce que vous allez dire à votre interlocuteur mentalement ou devant un miroir.

  • Prenez conscience de votre comportement, de vos paroles de vos expressions visuelles et, gestuelles. Vous êtes le seul responsable de votre comportement.
  • Respirez pleinement. Tenez vous droit, (les pieds bien en contact avec le sol, la répartition égale du poids entre les deux jambes ) face à votre interlocuteur et regardez-le dans les yeux. Formulez vos demandes clairement.
  • Ayez confiance en vous. Nul ne peut le faire à votre place 🙂
  • Exprimez clairement ce que vous voulez dire, soyez posé ne rentrez pas dans son jeu.

TRAVAIL SUR VOUS QU’EST-CE QUE VOUS POUVEZ FAIRE POUR MIEUX GÉRER LES CONFLITS

  • Rappelez-vous quels bénéfices vous en tirerez en faisant face à cette situation conflictuelle, comment cette situation vous aidera dans votre vie au quotidien et à venir.
  • Exprimez vos demandes calmement et fermement parce que votre entourage n’arrive pas à lire vos pensées. Évitez tout malentendu. Ne rentrez pas dans l’agressivité, ce ne sert à rien.
  • Aujourd’hui vous n’êtes plus cette petite fille/garçon sage. Les gens ne vous respectent pas davantage parce que vous vous comportez comme un enfant sage au travail. Au contraire !
  • Libérez-vous de cette emprise, de cet « élastique invisible » qui vous tire vers le passé. Votre PATRON n’est pas votre PÈRE DONC NE LE TRAITONS PAS AINSI ?
  • Nous n’avons pas besoin de l’approbation de l’autre pour nous sentir aimé. Vous devez vous aimez tel que vous êtes, vous avez autant de valeur que votre interlocuteur.
  • Accepter de ne pas être aimé par tout le monde y compris votre hiérarchie 🙂
{lang: 'fr'}
This entry was posted in Changement, Comportement, Émotions and tagged , , , , . Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.