DES IDÉES MÉDITATIVES

Des idées méditatives

Saviez-vous que même la philosophie est bel et bien présente dans le monde du yoga
La philosophie du yoga est l’une des écoles de pensée utilisée pour interpréter notre vie au quotidien, elle fait appel parfois à des contes, à des analogies afin d’expliquer des idées abstraites.

Peut-être suis-je unique, mais j’aime lire des contes, des histoires, des fables pour mieux discerner des idées méditatives? 🙂

Chapeau ou éléphant ?

C’est à chacun de chercher sa vérité. Je ne suis pas d’avis qu’une seule religion, ou qu’une seule philosophie pourraient nous donner toutes les réponses que nous cherchons. « Nul être humain n’est le détenteur de la vérité absolue ».

II n’existe pas de maître,
il n’existe pas d’instructeur,
il n’existe personne
pour vous dire ce que vous devez faire
Jiddu Krishnamurti (1895-1986)

Le Védanta

II se peut que vous ayiez rencontré le mot VÉDANTA si non voilà un nouveau mot à adopter dans votre langage courant ☺

LE VÉDANTA
Il existe six principales écoles de philosophie.
Le Védanta est une des plus anciennes philosophies indiennes
Il affirme l’unité de toutes les existences : la nature de l’univers et la nature de l’individu sont une seule et même nature divine, diversement manifestée. L’individu est uni à l’âme universelle, à l’univers. II reconnaît l’univers entier comme le Grand Soi.

Pour les adeptes du yoga le terme « la pensée positive » est liée à la capacité de comprendre et vivre en accord avec le Vedānta.

un brouillard d’ignorance.

La pensée philosophique indienne nous enseigne que le monde est une illusion, un brouillard d’ignorance.

Une fois que le voile est levé, le brouillard se disperse et nous pouvons voir la réalité. La seule réalité est la grand Soi, l’âme universelle, la conscience Divine, ou Dieu. La philosophie védique considère que notre esprit est voilé par MAYA, le pouvoir illusoire et notre interprétation de la réalité, et que le monde physique que notre conscience considère comme la réalité est faux.

Lever le voile

Les gens adeptes de cette philosophie tentent au cours de leur vie de lever le voile afin que leur esprit devienne plus clair. Les adeptes prétendent que « le mécontentement, la peur et la peur de la mort s’évaporent. Quand l’individu atteint cet élargissement de sa conscience, il expérimente un état de paix et de joie absolues. ». Parfois les gens adeptes de cette philosophie aboutissent à atteindre cet Éveil pendant leur vie terrestre, ou s’ils sont comme moi « le travail est toujours en cours » ou peut-être que….. c’est quelque chose qu’on ne peut atteindre qu’en rêvant ? ☺

Un conte yogique

Cet état de liberté, de la réalisation ultime de la libération de l’âme individuelle s’appelle MOKSHA. Les bouddhistes et les hindouistes considèrent que MOKSHA est la libération de la chaine de réincarnation, des renaissances.
Le mot MOKSHA est dérivé du mot sanskrit « muc » qui veut dire libération, lâcher prise, liberté.

Voici un exemple d’un conte (style yogique plutôt qu’au style de Hans Christian Andersson) d’un pot en terre cuite pour expliquer le concept de l’espace et son immuabilité.

LE POT ET L’ESPACE (GATA SASHA NYAYA)

La cruche

L’espace ou l’air dans le pot en terre cuite est immuable, il n’est pas influencé par son environnement.

Quoi que la cruche ait l’air de séparer l’espace dans le pot de l’espace de l’extérieur ceci n’est qu’une illusion.

Le pot cassé

Quand le pot est cassé l’espace n’a pas été modifié, rien n’a été changé, tout reste inaltérable, juste comme avant. L’espace intérieur et l’espace extérieur ne font qu’un,

L’UNE DES INTERPRÉTATIONS DE CE CONTE YOGIQUE

L’air est le même partout

L’espace dans le récipient n’est pas diffèrent de l’espace à l’extérieur de pot.

De la même façon que le SOI, ou l’âme individuelle, n’ont pas l’air d’être contenus par l’esprit et le corps, en réalité nous sommes un avec l’âme universelle, ou le cosmos ou l’univers, quel que soit le terme que nous voulions utiliser.

une analogie

Notre façon de voir le monde, notre identité est limitée, parce que nous voudrions nous identifier à quelque chose de fixe, de défini, délimité par les murs du pot.

Notre esprit est partout.

N’oubliez pas que selon la philosophie du yoga notre esprit est omnipotent.

Nous sommes tous reliés à l’âme universelle, comme si l’âme individuelle pouvait être en même temps l’âme du monde : voilà une idée vraiment méditative.

Et si on employait le vocabulaire des YOGIS
On pourrait dire que c’est l’unification de ’L’ÂME INDIVIDUELle (le Soi, l’âtman ou la pure conscience de l’être) avec L’ÂME SUPRÊME (Le grand Soi ou Paramatman).

LA FEUILLE DE LOTUS PADMAPATRA NYAYA Un autre conte pour illustrer le concept de l’immuabilité.

Quand il pleut sur une feuille d’un lotus, les gouttes tombent doucement sans mouiller les feuilles, ou comme selon l’expression « comme de l’eau sur les plumes d’un canard » (water off a duck’s back en anglais)

les gouttes tombent doucement sans mouiller les feuilles,

L’UNE DES INTERPRÉTATIONS DE CE CONTE YOGIQUE

La feuille est complètement inchangée par la pluie, par l’extérieur.

Les événements extérieurs n’arrivent pas à influencer ou changer l’état de feuille qui symbolise le monde ou le cosmos.

Une autre analogie serait de penser à un écran de cinéma avec les jeux de lumière et d’ombre.
Malgré les effets de lumière et d’obscur qui tombent sur un écran, un écran restera toujours inchangé.

Au plan analogique la maitrise de nos émotions devrait ressembler plus à une feuille de lotus face aux agressions extérieures plutôt qu’une éponge de bain qui absorbe tout sans discrimination.

Une idée à contempler

Une autre idée contemplative.

{lang: 'fr'}
This entry was posted in Changement, Corps, Émotions and tagged , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *