EST-CE QUE VOUS SOUFFREZ D’APNÉE ?

Fatigué, tendu, agité ?


Vous avez dormi 7-8 heures mais au réveil vous êtes fatigué, tendu, agité, vous vous endormez à la moindre occasion, peut-être que vous souffrez de l’apnée du sommeil ? L’apnée du sommeil survient lorsqu’on s’arrête de respirer à plusieurs reprises pendant la nuit.. Le diagnostic d’apnée du sommeil est plus fréquent chez les hommes que chez les femmes.

Le syndrome d’apnée du sommeil touche 4 à 7 % de la population en France, 15% après 70 ans. 5 millions d’européens atteints d’apnée du sommeil menacent à chaque instant de s’endormir au VOLANT.

Tendance à dormir au volant ?


Selon la fédération française de cardiologie 80% des personnes qui en souffrent ne sont ni diagnostiquées ni traitées.

Comment savoir si l’on souffre d’apnées du sommeil ? On utilise l’indice IAH (l’index d’apnée-hypopnée) qui correspond au nombre d’apnées par heure de sommeil.
Selon la définition internationale, une personne souffre d’apnées du sommeil lorsque l’indice IAH est supérieur à 15 apnées par heure de sommeil ou inférieur à 5, mais avec au moins DEUX des symptômes suivants : sommeil non récupérateur, fatigue, insomnie, réveil sans respiration en haletant, réveil en étouffant, ronflements sonores, arrêt respiratoire rapporté par le conjoint.

Ronflements sonores entendus par votre conjoint.


Le ronflement provient du relâchement des muscles de la bouche et de la gorge durant le sommeil.

Le ronflement provient du relâchement des muscles de la bouche et de la gorge pendant le sommeil

LES CONSÉQUENCES DES APNÉES RÉPÉTÉES DU SOMMEIL
Les conséquences immédiates sont une détérioration de la qualité de vie.

  • La plus immédiate est les arrêts respiratoires répétitifs qui surviennent pendant la nuit et qui provoquent souvent des micro réveils. Ces micro-réveils perturbent le cycle du sommeil, ce qui limite le temps de sommeil récupérateur. Le sommeil devient superficiel. C’est ainsi que 60% des consultations spécialisées du sommeil ont pour origine un syndrome d’apnée du sommeil.


  • LES SYMPTÔMES LES PLUS FRÉQUENTS
    Les patients souffrent de fatigue chronique et de somnolence durant la journée. Par ailleurs, 90% des apnéiques ronflent. Ils sont également sujets à des maux de tête au réveil, de manque de concentration.
    À plus long terme, les conséquences sont un risque accru d’hypertension artérielle et de troubles cardiovasculaires graves (accident vasculaire cérébral, infarctus). Les apnées du sommeil abîment le cerveau.

    Le syndrome d’apnée du sommeil est également à l’origine de troubles du COMPORTEMENT : changement de personnalité, comportement agressif et irritable, périodes de désintéressement, syndrome dépressif, difficultés de concentration, etc.
    Et enfin, particulièrement en raison de la somnolence, le risque d’accident de la route et d’accident professionnel est très élevé chez les apnéiques.

    Les symptômes de l’apnée


    Si vous souffrez d’arrêts respiratoires intempestifs pendant votre sommeil (dont vous avez conscience ou signalés par votre conjoint), si vous ronflez et si vous vous sentez très fatigué, voire dépressif, il est conseillé de consulter un ORL ou un spécialiste du sommeil afin de traiter vos apnées du sommeil et ainsi éviter des complications graves.


    CERTAINS FACTEURS DE RISQUE INÉVITABLES FAVORISENT L’APNÉE DU SOMMEIL.

  • L’âge (45 à 64 ans) ;
  • Le sexe : les hommes sont plus exposés ;
  • Les particularités génétiques de taille et de position de la mâchoire, de la langue et du palais (luette, amygdales, base de la langue, etc.…)


  • LES MESURES POUR PRÉVENIR L’AGGRAVATION

  • Perdre du poids : une perte de 10 % du poids réduit de 26 % la gravité (fréquence et durée) des apnées.
  • Dormir sur le côté.
  • Surélever le lit.
  • Cesser de fumer.
  • Soigner les allergies.
  • Éviter les somnifères et l’alcool : les somnifères augmentent le relâchement des muscles de la gorge et de la langue et ont pour conséquence d’aggraver les apnées.
  • Porter une orthèse d’avancée mandibulaire (OAM). Il s’agit d’une prothèse dentaire.
    « Les écarteurs nasaux peuvent être efficaces.

    En ce qui concerne le nez, il est important d’avoir une bonne respiration nasale car, pendant le sommeil, on essaye inconsciemment de respirer par le nez. Donc, s’il y a un facteur obstructif nasal, il faut le traiter : de façon médicale (s’il s’agit d’une rhinite allergique), prothétique – avec un écarteur – ou chirurgicale. (Pr Louis Crampette, Responsable du département : ORL, Chirurgie Cervico-Faciale et stomatologie. À CHU Montpelier).


    DES EXAMENS DAN UN CENTRE SPÉCIALISÉ DANS L’ÉTUDE DU SOMMEIL.

    Un centre spécialisé du sommeil


    Votre médecin pourrait vous envoyer dans un centre spécialisé du sommeil où vous réaliserez un examen appelé POLYSOMNOGRAPHIE. Cet examen permet d’étudier les différentes phases du sommeil et de mesurer plusieurs paramètres pour détecter les apnées du sommeil et évaluer leur gravité.

    LA THÉRAPIE CPAP (« Continuous Positive Airway Pressure » un terme anglais)
    Le traitement CPAP est le premier choix pour le traitement de tous les types d’apnée du sommeil, c’est le traitement de référence. C’est une ventilation nocturne en pression positive au moyen d’un masque nasal. Ce masque vous devez le porter toutes les nuits pendant que vous dormez (désastreux pour votre vie sexuelle, désolée).

    Désastreux pour votre vie sexuelle, peut-être ?


    Par le biais d’un masque positionné sur le visage (le nez et/ou la bouche), la machine insuffle en permanence de l’air sous pression. L’air insufflé permet de maintenir les voies respiratoires ouvertes en continu, ce qui supprime les apnées.

    {lang: 'fr'}
  • This entry was posted in Changement, Travail lieu and tagged , , , , , , , , . Bookmark the permalink.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.